Skip to content

Opinion: Guerre au Sri Lanka – Le Canada doit sortir de sa torpeur

May 20, 2009

Guerre au Sri Lanka – Le Canada doit sortir de sa torpeur

Christian Nadeau, Professeur au département de philosophie de l’Université de Montréal

Le Devoir

Édition du samedi 02 et du dimanche 03 mai 2009

Selon les Nations unies, 100 000 civils tentent ou ont tenté d’échapper à la zone des conflits depuis le début des hostilités au Sri Lanka le 20 avril. Ils sont pris en charge par le gouvernement dans des «camps de bien-être» que l’organisation Human Rights Watch a qualifiés de «camps d’internement» (Le Monde, 30 avril 2009).

La population tamoule est ainsi forcée à un exode sans précédent. Selon l’ONU, 6500 civils ont déjà perdu la vie en raison des combats, en plus de 14 000 blessés. En ces temps de grippe porcine, les préoccupations sanitaires voilent les yeux de la communauté internationale sur une tragédie à laquelle il faut à tout prix mettre un terme.

Dans cette sale guerre, chaque camp est coupable de crimes très graves, typiques des guerres civiles. L’armée tire à l’arme lourde sans discrimination entre les forces rebelles combattantes et les populations civiles, alors que les rebelles profitent impunément des boucliers humains que leur offrent malgré eux les civils dont les Tigres tamouls prétendent défendre les droits.

L’indifférence relative de la communauté internationale peut s’expliquer en partie par le manque d’information sur la situation. Depuis 2008, le gouvernement sri lankais interdit la présence, sur le front des combats entre rebelles et forces armées régulières, des journalistes, locaux ou étrangers. Il en va de même pour la majorité des organisations humanitaires. Ceci étant, cela n’excuse aucunement notre conduite. Nous savons que la situation est intolérable, inacceptable, et il est plus que temps d’agir.

Intervention canadienne

Il fut une époque où le gouvernement canadien représentait un allié indéfectible des efforts diplomatiques pour la paix dans le monde. Avec le gouvernement Harper, ces années semblent bien lointaines. Pourtant, les occasions sont nombreuses où le Canada pourrait intervenir auprès de ses partenaires économiques et politiques afin qu’une action diplomatique concertée freine la violence des conflits actuels.

Aujourd’hui, la population civile du Sri Lanka a besoin plus que jamais de l’aide de pays comme le Canada pour enrayer la mécanique belliqueuse qui coûte chaque jour plus cher en vies humaines. En outre, le Canada a une responsabilité particulière à l’égard de ce pays, car il abrite une très importante communauté tamoule, laquelle a fait entendre au pays sa dénonciation du caractère inique de la guerre entre le gouvernement et la rébellion des Tigres tamouls.

Il est grand temps également de procéder à d’importantes sanctions économiques contre le Sri Lanka, dont la guerre actuelle contre les rebelles fait fi des règles élémentaires en matière de droit de la guerre. Certes, le ministre Lawrence Cannon est intervenu récemment auprès des deux instances en conflit pour favoriser l’évacuation des civils pris en otages par les combats dans le nord-est du pays. Mais le problème actuel tient à l’inaction, sur le front diplomatique, du Conseil de sécurité de l’ONU, qui s’est contenté de déclarations vides d’autorité juridique.

Conseil de sécurité

Pour le moment, ni l’action du ministre des Affaires étrangères britannique, David Miliband, ni celle de son homologue français, Bernard Kouchner, ne sont parvenues à obtenir l’accord du Sri Lanka pour un cessez-le-feu avec les rebelles tamouls. La seule instance vraiment capable d’intervenir de manière efficace est le Conseil de sécurité de l’ONU, qui reste profondément divisé sur la question.

L’influence du Canada sur le Conseil ne saurait être décisive, mais elle doit s’ajouter aux nombreuses pressions en vue de modifier la perspective d’États comme la Chine et la Russie, pour lesquels est inacceptable toute ingérence dans les affaires internes d’une nation.

Les civils du Sri Lanka sont les dernières victimes de la rhétorique de la «guerre contre le terrorisme». Les règles fondamentales du jus in bello, ou du droit dans la guerre, sont ignorées en raison d’une logique selon laquelle les combats n’opposent pas deux factions militaires en bonne et due forme, mais une armée régulière et une organisation terroriste. Résultat: tous les coups sont permis, la fin justifiant les moyens. […]

Une partie de l’inaction du Conseil s’explique par la volonté de non-ingérence de Moscou ou Pékin. Mais le sort des civils du Sri Lanka est aussi entre les mains de pays comme le Canada, dont l’opinion publique est peu mobilisée par rapport à la tragédie actuelle. Si le sens civique des Canadiens sortait de sa torpeur, cela pourrait peut-être enfin enclencher un nouvel effort diplomatique plus que jamais nécessaire pour que cesse cette guerre inique.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: