Skip to content

Opinion: What does the future hold for Sri Lanka? Quel avenir pour Sri Lanka?

May 25, 2009

What does the future hold for Sri Lanka?
by Eric Meyer, Professor at Inalco, Paris
Article date : 30-04-2009

The political system, society and economy of Sri Lanka (formerly Ceylon) were thoroughly shaken up by more than a quarter of a century-old conflict (1983-2009) between the Sinhalese majority government (75% of the population) and the Tamil separatist guerrilla led by the organisation of Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE). The latter which controlled vast territories between 1990 and 2007 in the north and east of the island, and had built a force capable of inflicting heavy losses on the Colombo Army, has lost most of its territories and military potential since 2008, and finds itself driven to defeat on a cramped coastal strip, where it was retaining about fifty thousand civilians, by the end of April 2009, to use them as a human shield. After suspending hostilities for two days on the occasion of Sinhalese and Tamil new year (14th April), fights resumed and the Sri Lankan Army moved forward till the sea, triggering a mass exodus of civilians, which as of 29th April, continued under disastrous sanitary conditions.


Geopolitcal map of Sri Lanka,
© Philippe Rekacewicz, Atlas du Monde diplomatique 2009
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/

The sick man of South Asia

But LTTE’s predicted defeat does not settle serious problems accumulated over the years and makes Sri Lanka the sick man of South-Asia. The chronic agitation of the ‘ultra-nationalist’ Sinhalese groups adds to the separatist claim of the Tamils of the North and East of the island (about 18% of the population), being orchestrated by two organisations: the Marxist-run Janata Vimukthi Peramuna (Liberation Front of the People), but now highly xenophobic, responsible for two revolutionary waves severely repressed by the ruling party in 1971 and 1987-89; and the Jathika Hela Urumaya (Heritage of the Sinhalese Nation), inspired by fundamentalist Buddhist monks.

Moreover, the years of war, rebellion and repression, that killed about a hundred thousand people, have left behind permanent scars, broken-up families, a culture of violence and impunity. They have struck almost irremediable blows to a democracy and a Welfare-State that were considered models until the 1970s. The 2004 December Tsunami aggravated the situation. Finally the economy of the country, liberalised, from the early 1980s, based on the « dragons » of Eastern Asia model, was not able to take full advantage of the spate of growth, unlike that of its neighbours, and finds itself today crippled as much by war as the world crisis.

In this context, the Government Army’s victories could change the deal for the time being, by justifying the government’s strategy, and by reducing the cost of up-keep of order. But they run two major risks:

  • That of losing sight of the crying need for giving a political answer to the minorities’ claim, either in a federal form, or by a power-sharing at the centre
  • That of giving a dominant role in the State, like in Pakistan, to the 200 000 strong Army, difficult to demobilise.

The numerous violations against human rights, particularly affecting journalists, since the beginning of 2009, which add to the police torture that has become part of everyday life and unbridled activities of Mafia-like armies stemming from militant groups united by the government or not, are so many signs of the critical state of the Sri Lankan democracy. In a context of intense polarisation, the actors of the conflict, both Tamils and Sinhalese, develop ultranationalist speeches that spurn the historical truth, in the country itself and in the Diaspora. What motivates the LTTE leaders is the individual sacrifice for collective cause, represented by the founder of the movement, Prabhakaran, and they have made a perfect heroine out of the kamikaze woman, following the Indian tradition of sati – the widow who sacrifices herself on the funeral pyre of her dead husband. By the same token, the last patch of Tigers is likely to sacrifice itself in a mass suicide like the Jauhar of the Indian Rajputs. How has it come to this, for Ceylon was reputed for its gentle pleasures of life that travel agents still sell to blind tourists?

At the roots of violence

This complex conflict lived on the identity assertion of linguistic and religious groups from the end of the 19th century, but it reached its full extent only in the middle of the 20th century. Until the end of the British colonial period (1796-1948), the two main linguistic communities – the Sinhalese and the native speakers of Tamil, who represented respectively 75 % and 25 % of the population, had coexisted peacefully. After attaining independence smoothly, a Sinhalese identity movement developed that considered that the majority of the population had been a victim of the preference shown to Tamils during foreign domination. From 1956, Sinhalese took the place of English as the only official language. Besides, Theravada Buddhism, the dominant religion with the Sinhalese, enjoyed an increasingly official recognition. The Sinhalese-Buddhist identity asserted itself to the detriment of the Tamil minorities, which included Shivaite Hindus (about 15%), Christians especially Catholics (3%), and Sunni Muslims (7%).

The Tamils originating from the region of Jaffna, at the far north of the island, developed entrepreneurial activities. This minority, prematurely provided with formal education in English, found jobs in the colonial administration and expatriated to Malaysia and Singapore from the 19th century. It had suffered a lot from the change in the official language. On the other hand, the Tamil Muslims, many of them businessmen, had not met with the same fate and did not interfere in any agitation. As for the Tamils settled down as coolies in the tea plantations of the centre of the island since the 19th century, they were prevented from acquiring citizenship for a long time, but did not have the means to go on a strike. Therefore only the Jaffna Tamils gave a political slant to the feeling of discrimination of which they considered themselves victims, by claiming an autonomy status, then independence, for the north and east provinces called « Tamil Eelam ».


Tamil women harvesting tea in Nuwara Eliya,
© 1997 / IRD – Marc Bournof

In the 1970s, the movement, which expressed itself peacefully through the voice of the Tamil deputies without producing any results, was swamped by militant organisations created by young people to whom university education had been refused through the interplay of a quota system. Those who could, left for English-speaking countries, while those who did not have the means ventured into clandestine action and formed about ten groups. The Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) became the strongest, eliminating or absorbing their competitors. In 1983, after a separatist attack on the Army, a sort of pogrom took place at Colombo against Tamils as a reprisal. This violence perpetrated by those close to the government gave rise to a wave of mass emigration either towards the north of the country, or towards the West where immigrants obtained political refugee status. The Sri Lankan Tamils acquired an international visibility at that point. It was the emigrants who were going to become the most ardent supporters of the Tamil separatism, by virtue of a classical phenomenon of « remote nationalism».

From 1987, India, which secretly supported the militant organisations, intervened and asked the Sri Lankan government to grant a particular status to the provinces of the North and East with a Tamil majority. But the separatists turned their weapons against India, accused it of playing into the Sinhalese hands for having accepted the principle of territorial integrity of the country. The Indians withdrew, leaving the field free to the Tigers, who took control of the North and the East of the island till 1994-1995, while the Colombo government, battling against the Sinhalese rebellion of the Janata Vimukthi Peramuna, indulged in a merciless crackdown. The Tigers showed their strength but alienated India’s support by assassinating in 1991 Rajiv Gandhi, who was behind the Indian intervention, then the Sinhalese President Premadasa in 1993.

At the end of this era of terror, an attempt at negotiation between the new President Chandrika Kumaratunga, and the masters of Jaffna was aborted. The government opted for a military solution. In 1995, the Army was sent to take back Jaffna and clear the route A7 that linked the city with the centre of the island. Having preserved the control of this axis, the Tigers fell back into the interior and made the market town of Kilinochchi their « capital »: about 200 000 persons left Jaffna to follow the LTTE, by fair means or foul. Tens of thousands of young got enrolled, parents having to provide at least one of their children for the cause. Between Kilinochchi and the port of Mullaittivu, the Tigers built a strong military base equipped with modern telecommunications facilities, a flotilla of fast patrol boats and even runways, from where tourism planes equipped with bombs took off. They financed their military efforts by collecting significant sums of money from the Diaspora, whose number increased with those who fled in the face of conflict, and by setting up international arms traffic with the help of a fleet of underworld cargos criss-crossing the Indian Ocean. They increased the number of suicide bombers in the south: The President just missed it in 1999, and the Colombo airport was targeted in 2001, which led to the decline of an economy revolving round tourism.


Tamil refugees, © 2009 / Eric Meyer

But, after 2001, the international community watched over the financial channels of suspect terrorist organisations. The Tigers, buckling under pressure, called a truce in the beginning of 2002, following negotiations under the aegis of Norway. The political negotiations that had to be part of the truce did not make headway, with the government making highly implausible proposals and the Tigers refusing all international supervision. The balance of power got readjusted in 2004, with the defection of the LTTE Head of the east of the island, Karuna. Then Tsunami struck the zones controlled by the Tigers and destroyed one part of their military infrastructures. Humanitarian aid that reached the victims became a stake, the government and Tigers vying with each other to control it. The conflict resumed at the initiative of the LTTE with the assassination of the Minister of Foreign Affairs of Tamil origin. The new President Rajapakse, elected by a narrow margin in 2005, in the face of the former Prime minister and initiator of the truce, thanks to the instruction of abstention launched by the Tigers, could count on Karuna’s collaboration whose troops became aids of the regular Army. The Sri Lankan Navy managed to sink the LTTE merchant fleet in the international waters, and resisted attacks by the fast enemy patrol boats. The governmental troops took back the control of the coasts and the route A9 at the end of 2008, the Tigers left their « capital » Kilinochchi, lost their fortified positions between January and March 2009 and were besieged along the north-east coast with the civilians who had followed them, with none other hope of escaping the hoop net than to appeal to an international humanitarian intervention that the image of LTTE as terrorist organisation rendered implausible, in spite of the mobilisation of the Tamil Diaspora in the West.

The future of Sri Lanka depends on the capacity of its leaders in showing generosity in victory and accepting the emergence of a new leadership for the Tamil community, and on the capacity of the Tamil Diaspora in recognising the mistakes that it has committed by giving an unconditional support to the Tigers.

Bibliography

Le Monde Diplomatique, march 2009,

Eric Meyer, Sri Lanka entre particularismes et mondialisation. Paris, La documentation Française, 2001.

Eric Meyer, Sri Lanka, Biography of an Island. Colombo, Viator Publications, 2nd ed., 2006.


Quel avenir pour Sri Lanka ?
par Eric Meyer, professeur à l’Inalco, Paris
Date de l’article : 01-05-2009

Le système politique, la société et l’économie de Sri Lanka (anciennement Ceylan) ont été profondément ébranlés par plus d’un quart de siècle de conflit (1983-2009) entre le gouvernement contrôlé par la majorité cingalaise (75% de la population) et la guérilla séparatiste tamoule menée par l’organisation des Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE). Cette dernière, qui contrôlait entre 1990 et 2007 de vastes territoires au nord et à l’est de l’île, et avait constitué une force capable d’infliger de lourdes pertes à l’armée de Colombo, a perdu l’essentiel de ses territoires et de son potentiel militaire depuis 2008, et se trouve acculée à la défaite sur une bande côtière exiguë, où elle retenait encore, fin avril 2009, une cinquantaine de milliers de civils, pour lui servir de bouclier humain. Après deux jours de suspension des hostilités à l’occasion du nouvel an cingalais et tamoul (14 avril), les combats ont repris et ont permis à l’armée sri lankaise de s’avancer jusqu’à la mer, déclenchant un immense exode de civils qui à la date du 29 avril se poursuivait dans des conditions sanitaires désastreuses.


Geopolitcal map of Sri Lanka,
© Philippe Rekacewicz, Atlas du Monde diplomatique 2009
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/

L’homme malade de l’Asie du Sud

Mais la défaite annoncée des LTTE ne règle pas pour autant les graves problèmes qui se sont accumulés depuis des années et font de Sri Lanka l’homme malade de l’Asie du Sud. A la revendication séparatiste des Tamouls du Nord et de l’Est de l’île (environ 18% de la population) s’ajoute l’agitation chronique des milieux cingalais « indigénistes », orchestrée par deux organisations : le Janata Vimukthi Peramuna (Front de Libération du Peuple), d’obédience marxiste, mais devenu largement xénophobe, à l’origine de deux vagues révolutionnaires durement réprimées par le pouvoir en 1971 et en 1987-89; et le Jathika Hela Urumaya (Héritage de la Nation Cingalaise), animé par des moines bouddhistes fondamentalistes.

En outre, les années de guerre, de rébellion et de répression, qui ont fait une centaine de milliers de victimes, ont laissé des meurtrissures indélébiles, des familles éclatées, une culture de la violence et de l’impunité. Elles ont porté des coups peut-être irrémédiables à une démocratie et à un État-Providence qui étaient cités en modèles jusque dans les années 1970. Le tsunami de décembre 2004 est venu aggraver la situation. Enfin l’économie du pays, libéralisée dès le début des années 1980, sur le modèle des « dragons » d’Asie orientale, n’a pas pu profiter pleinement de la phase de croissance, contrairement à celle de ses voisins, et se trouve aujourd’hui plombée par la guerre tout autant que par la crise mondiale.

Dans ce contexte, les victoires de l’armée gouvernementale peuvent changer la donne dans l’immédiat, en légitimant la stratégie du gouvernement, et en allégeant le coût du maintien de l’ordre. Mais elles sont porteuses de deux risques majeurs:

  • celui de faire perdre de vue l’impérieuse nécessité de donner une réponse politique à la revendication des minorités, soit sous une forme fédérale, soit par un partage du pouvoir au centre
  • celui de donner à l’armée, forte de 200.000 hommes qu’il sera difficile de démobiliser, une place prépondérante dans l’État, comme au Pakistan.

Les nombreuses atteintes aux droits de l’homme, touchant notamment des journalistes, depuis le début de l’année 2009, qui s’ajoutent à la pratique banalisée de la torture policière et aux activités incontrôlées de milices mafieuses issues de groupes militants ralliés ou non au gouvernement, sont autant de signes de l’état critique de la démocratie sri-lankaise. Dans un contexte d’extrême polarisation, les acteurs du conflit, tant dans le pays lui-même qu’en diaspora, développent des discours ultranationalistes qui font fi de la vérité historique. Les dirigeants des LTTE ont fait du sacrifice individuel pour la cause collective, incarnée par le fondateur du mouvement, Prabhakaran, le ressort de leur action, et de la femme kamikaze l’héroïne parfaite, selon la tradition indienne de la sati – la veuve qui se sacrifie sur le bûcher funéraire de son époux défunt. Dans la même logique, le dernier carré des Tigres risque de se sacrifier dans un suicide collectif à la manière du jauhar des Rajpoutes indiens. Comment en est-on venu là, alors que Ceylan était réputée pour sa douceur de vivre, que les agences de tourisme continuent de vendre à des touristes aveugles ?

Aux racines de la violence

Ce conflit complexe s’est nourri de l’affirmation identitaire des groupes linguistiques et religieux à partir de la fin du 19ème siècle, mais il n’a pris toute son ampleur que depuis le milieu du 20ème siècle. Jusqu’à la fin de la période coloniale britannique (1796-1948), les deux communautés linguistiques principales– les Cingalais et les locuteurs de langue tamoule, qui représentent respectivement 75 % et 25 % de la population, ont coexisté de façon pacifique. Après une indépendance acquise sans heurts, s’est développé un mouvement identitaire cingalais qui estimait que la majorité de la population avait été victime de la préférence accordée aux Tamouls pendant la domination étrangère. À partir de 1956, le cingalais devient la seule langue officielle à la place de l’anglais. Par ailleurs, le bouddhisme theravada, religion dominante chez les Cingalais, bénéficie d’une reconnaissance officielle de plus en plus marquée. L’identité cingalaise-bouddhiste s’affirme au détriment des minorités de langue tamoule, qui comprennent des hindouistes de tradition shivaïte (environ 15%), des chrétiens surtout catholiques (3%), et des musulmans sunnites (7%).

Les Tamouls issus de la région de Jaffna, à l’extrême nord de l’île, ont un esprit d’entreprise développé. Cette minorité précocement scolarisée en anglais a trouvé des emplois dans l’administration coloniale et s’est expatriée dès la fin du 19ème siècle en Malaisie et à Singapour. Elle a beaucoup pâti du changement de langue officielle. En revanche, les musulmans tamouls, souvent commerçants, n’en ont pas souffert et sont restés à l’écart de tout mouvement de contestation. Quant aux Tamouls installés depuis le 19ème siècle comme coolies sur les plantations de thé du centre de l’île, ils se sont vus longtemps refuser l’accès à la citoyenneté, mais n’avaient pas les moyens de se lancer dans une action revendicative. Ce sont donc les seuls Tamouls de Jaffna qui ont donné une forme politique au sentiment de discrimination dont ils s’estimaient victimes, en réclamant un statut d’autonomie, puis d’indépendance, pour les provinces nord et est, qualifiées de « Tamil Eelam ».


Récolte de thé par les femmes tamoules à Nuwara Eliya,
© 1997 / IRD – Marc Bournof

Dans les années 1970, le mouvement, qui s’exprimait de façon pacifique par la voix des députés tamouls sans obtenir de résultats, a été dépassé par des organisations militantes créées par des jeunes auxquels l’accès à l’université avait été refusé par le jeu d’un système de quotas. Ceux qui le pouvaient sont partis dans les pays de langue anglaise, tandis que ceux qui n’en avaient pas les moyens se sont lancés dans l’action clandestine et ont constitué une dizaine de groupes. Les Tigres de Libération de l’Eelam tamoul (LTTE) sont devenus les plus puissants, éliminant ou absorbant leurs concurrents. En 1983, a eu lieu à Colombo, en représailles d’un attentat des séparatistes contre l’armée, un véritable pogrom à l’encontre de Tamouls. Cette violence perpétrée par des proches du gouvernement a provoqué une vague d’émigration massive soit vers le nord du pays, soit vers l’Occident où les immigrés ont obtenu le statut de réfugié politique. Les Tamouls sri-lankais ont acquis à cette occasion une visibilité internationale. Ce sont les émigrés qui vont devenir les partisans les plus ardents du séparatisme tamoul, en vertu d’un phénomène classique de « nationalisme à distance ».

À partir de 1987, l’Inde, qui soutenait en sous-main les organisations militantes, intervient pour que le gouvernement sri-lankais accorde aux provinces à majorité tamoule du Nord et de l’Est un statut particulier. Mais les indépendantistes reprennent les armes contre l’Inde, accusée de faire le jeu des Cingalais car elle a admis le principe de l’intégrité territoriale du pays. Les Indiens se retirent, laissant le champ libre aux Tigres, qui prennent le contrôle du Nord et de l’Est de l’île jusqu’en 1994-1995, tandis que le gouvernement de Colombo, aux prises avec la rébellion cingalaise du Janata Vimukthi Peramuna, se livre à une répression impitoyable. Les Tigres montrent leur puissance mais s’aliènent le soutien de l’Inde en assassinant en 1991 Rajiv Gandhi, qui était à l’origine de l’intervention indienne, puis le président cingalais Premadasa en 1993.

À l’issue de cette ère de terreur, une tentative de négociation entre la nouvelle présidente Chandrika Kumaratunga, et les maîtres de Jaffna avorte. Le gouvernement opte pour une solution militaire. L’armée est envoyée en 1995 pour reprendre Jaffna et dégager la route A7 qui relie la ville au centre de l’île. Ayant conservé la maîtrise de cet axe, les Tigres se replient à l’intérieur et font du bourg de Kilinochchi leur « capitale » : 200 000 personnes environ quittent Jaffna pour suivre les LTTE, de gré ou de force. Des dizaines de milliers de jeunes sont enrôlés, les parents devant fournir à la cause au moins un de leurs enfants. Entre Kilinochchi et le port de Mullaittivu, les Tigres constituent une puissante base militaire équipée de moyens de télécommunications modernes, d’une flottille de vedettes rapides et même de pistes d’aviation d’où décollent des avions de tourisme équipés de bombes. Ils financent leur effort militaire en recueillant des sommes considérables auprès de la diaspora, dont le nombre s’accroît de ceux qui fuient le conflit, et en se lançant dans le trafic international d’armes à l’aide d’une flotte de cargos interlopes sillonnant l’océan Indien. Ils multiplient les attentats-suicides dans le sud : la présidente y échappe de peu en 1999, et l’aéroport de Colombo est pris pour cible en 2001, ce qui contribue au déclin d’une économie fondée sur le tourisme.


Réfugiés tamouls, © 2009 / Eric Meyer

Mais, après 2001, la communauté internationale surveille les circuits de financement des organisations suspectées de terrorisme. Les Tigres, sous la pression, concluent une trêve début 2002, après des négociations menées sous l’égide de la Norvège. Les négociations politiques qui devaient accompagner la trêve s’enlisent vite, le gouvernement faisant des propositions peu crédibles et les Tigres refusant toute supervision internationale. L’équilibre des forces se modifie en 2004, avec la défection du chef des LTTE de l’Est de l’île, Karuna. Puis le tsunami frappe les zones contrôlées par les Tigres et détruit une partie de leurs infrastructures militaires. L’aide humanitaire qui parvient aux victimes devient un enjeu, le gouvernement et les Tigres s’efforçant d’en prendre le contrôle. Le conflit reprend à l’initiative des LTTE avec l’assassinat du ministre des affaires étrangères d’origine tamoule. Le nouveau président Rajapakse, élu de justesse en 2005 face à l’artisan de la trêve grâce à la consigne d’abstention lancée par les Tigres, peut compter sur la collaboration de Karuna dont les troupes sont devenues les auxiliaires de l’armée régulière. La marine sri-lankaise parvient à couler la flotte marchande des LTTE dans les eaux internationales, et à résister aux attaques des vedettes rapides de ses ennemis. Les troupes gouvernementales reprennent le contrôle des côtes et de la route A9 à la fin de l’année 2008, les Tigres évacuent leur « capitale » Kilinochchi, perdent leurs positions fortifiées entre janvier et mars 2009 et sont assiégés le long de la côte nord-est avec les civils qui les ont suivis, sans autre espoir d’échapper à la nasse qu’en faisant appel à une intervention humanitaire internationale que l’image d’organisation terroriste des LTTE rend peu crédible, en dépit de la mobilisation de la diaspora tamoule en Occident.

L’avenir de Sri Lanka dépend de la capacité de ses dirigeants à faire preuve de générosité dans la victoire et à accepter l’émergence d’un nouveau leadership pour la communauté tamoule, et de la capacité de la diaspora tamoule à reconnaître les erreurs qu’elle a commises en accordant un soutien inconditionnel aux Tigres.

Liens bibliographiques

Le Monde Diplomatique, mars 2009,

Eric Meyer, Sri Lanka entre particularismes et mondialisation. Paris, La documentation Française, 2001.

Eric Meyer, Sri Lanka, Biography of an Island. Colombo, Viator Publications, 2nde ed., 2006.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: